blogue-may-14th-2020.jpg

mai 14, 20200

Lors de la conférence de presse provinciale du mardi 13 mai au sujet des procédures de déconfinement, Mlle Charest a nommé, parmi une liste, la natation en eau libre et canot, le kayak et la planche à pagaie comme activités sportives permises.

Le prétexte demeure le même que les autres sorties en public.
– allez-y seul
– restez à deux mètres des autres personnes
– lavez-vous les mains

Rappelez-vous par contre qu’au Canada, chaque année, en moyenne 286 personnes meurent noyées, donc LA NATATION NE SE FAIT PAS QUAND ON EST SEUL.

Même pour les plus expérimentés. Même pour les athlètes. Même pour des profs de natation.

Nul n’est à l’abri d’un malaise et au large, il n’y a pas de plan B.

👉 Nagez toujours avec un ami (qui peut être dans embarcation ou dans l’eau). Vous pouvez garder une distance de deux mètres.

👉 Apportez toujours avec vous un objet flottant (bouée, nouille ou autre) de couleur voyante: rouge, orange ou jaune. Même si vous portez un wetsuit. Pensez aussi à un casque de bain de couleur voyante.

👉 Choisissez un trajet loin d’obstacles tels que les bateaux, les courants et les hydravions

👉 Vérifiez la météo avant de partir. Les vents et vagues peuvent vous fatiguer plus rapidement et les oranges peuvent se présenter rapidement.

👉 Ne surestimez pas vos capacités, surtout si vous avez l’habitude de nager en piscine. Assurez-vous d’avoir l’énergie requise pour revenir. Un 1500 mètres en eau libre n’est pas la même chose qu’un 1500 mètres en piscine!

👉 La température de l’eau va aussi avoir un impact sur votre endurance et votre capacité physique.

👉 Finalement, comme toute autre reprise d’activité physique, après une pause de quelques semaines (ou mois, ou années), commencez tranquillement. La constance est plus importante que l’intensité .

Sur ce, soyez prudent et bon entraînement!


Enceinte.jpg

juin 11, 20190

(Me voici à 22 semaines de grossesse, alors que j’étais enceinte de mon quatrième, qui aura 2 ans demain!)

Selon la Société canadienne de physiologie de l’exercice, « les femmes en santé qui ont une grossesse sans complications peuvent intégrer l’activité physique à leur vie quotidienne et prendre part à un programme d’exercices sans risque notable pour elles ou leur enfant à naître ».

Les bienfaits de l’activité physique durant la grossesse sont semblables à ceux durant les autres chapitres de notre vie : elle permet de conserver sa masse musculaire et d’entretenir sa capacité cardiovasculaire et sa flexibilité.

Les femmes qui sont actives durant leur grossesse disent souvent avoir un meilleur sommeil, plus d’énergie et moins de douleurs, notamment aux jambes et au dos.

Une bonne forme physique et une bonne « connexion » avec notre corps, c’est-à-dire un lien entre la manière dont nous bougeons et ce que nous ressentons dans notre corps lors de ces mouvements, joue à notre avantage lors de l’accouchement.

Autrefois, on disait aux femmes actives qui tombaient enceintes de continuer à faire l’activité qu’elles pratiquaient et aux femmes qui commençaient à bouger lors de leur grossesse de choisir l’aquaforme ou la marche. Mais depuis, les informations ont évolué.

Les nouvelles recherches à ce sujet indiquent que nous devons modifier les entraînements et l’activité durant la grossesse afin de soutenir la fonction des abdominaux et du plancher pelvien tout au long de la grossesse et du quatrième trimestre.

Il est difficile de dresser une liste complète des activités à faire et à ne pas faire durant la grossesse, car chaque femme a des antécédents différents, une grossesse différente et un corps différent, mais en général, on recommande de choisir des activités sans bonds et sans flexion et rotation du tronc.

K:)


FB-April-4th-2019-1280x853.jpg

avril 25, 20190

Attendez!
-4 semaines après l’accouchement
-6 semaines si vous avez accouché par césarienne
-l’approbation de votre médecin si vous avez eu des complications lors de la grossesse ou de l’accouchement

Échauffement
-5 à 10 minutes d’activité modéré comme la marche ou le vélo. Évitez les activités avec sauts (jogging, etc.)
– intensité de 6 sur 10 (1= je dors, 10 = je suis épuisé!)
– augmentation graduelle de l’amplitude de mouvement

Entraînement cardiovasculaire
– 10 à 40 minutes
-intensité entre 7/10 et 9/10
-variété d’activité dans une même semaine
-3 séances de 30 minutes par semaine. Les minutes peuvent être cumulatifs
-garder le plancher pelvien activé!

Musculation
– renforcer le dos
– renforcer le transverse de l’abdomen (ceinture abdominal)
-éviter les redressements assis
-garder le plancher pelvien activé


FB-April-4th-1280x818.jpg

avril 2, 20190

Quand j’ai commencé ma carrière, le premier cours en groupe que j’ai donné était un cours d’aquaforme. « Karen, tu as plein d’énergie, tu vas animer l’aquaforme ce soir! » « L’aqua-quoi? », ai-je répondu. À titre de professeur substitut, je ne connaissais pas beaucoup le sujet, mais après mon premier cours, ma curiosité a été piquée!

Vingt-cinq ans plus tard, après avoir suivi des milliers d’heures de formation et avoir acquis beaucoup d’expérience, je suis encore « en amour » avec l’entraînement dans la piscine.

L’aquaforme est un entraînement qui peut accommoder presque tout le monde. À cause de l’apesanteur et du fait que nous sommes cachés sous l’eau, tout le monde y trouve son compte. Les articulations sont mises au repos, l’impact est éliminé. Lorsqu’on est en eau profonde, on peut faire de plus grands mouvements autour de nos articulations que lors d’un entraînement terrestre, c’est-à-dire que notre amplitude de mouvement est améliorée. Donc, tous les muscles qui participent à ces mouvements ont la chance de travailler… Des muscles qui, autrement, seraient au repos.

Dans un seul groupe, on peut accommoder les femmes enceintes, les femmes en période postnatale et celles qui vivent le chapitre de la vie qui suit. Tous les mouvements peuvent être modifiés, que ce soit pour la femme qui a eu un remplacement de la hanche ou l’athlète qui se prépare pour un marathon, et ce, sans que personne se sente exclus du groupe.

D’ailleurs, plusieurs athlètes découvrent l’aquaforme lorsqu’ils se rétablissent d’une blessure et deviennent des participants assidus par la suite. Et détrompez-vous! Même si on peut y aller en douceur dans la piscine, on peut également y trouver de l’intensité! Bref, chacun peut travailler à son gout.

Bon entraînement!


IMG_5440-1280x960.jpg

mars 18, 20190

Une bonne endurance cardiovasculaire nous aide à avoir de l’énergie au quotidien. La recommendation pour les 50 ans et mieux est 3 séances d’entraînement cardiovasculaire d’intensité modérée par semaine, c’est-à-dire légèrement essoufflée, mais pas à bout de souffle. Une programme régulier d’activité cardio-vasculaire aide a diminuer les risques de maladies cardiaques, AVCs et dépression. 

La marche est une excellente activité car elle se pratique dans presque tous les endroits, requis peut d’équipement et peut se faire equates quatre saisons par année. En plus de contribué à l’amélioration de la santé cardio-vascualire, la marche rapide peut aider à tonifier les muscles des bras et des jambes et peut aussi aider à maintenir de la souplesse dans l’articulation de la hanche.

Afin de transformer un simple marche en marche vigoureuse, pensez à prendre de longues enjambées, à étirer la jambe jusqu’en arrière et à vous donner un petit élan vers le prochain pas avec la pointe du pied. Cette technique de marche rapide offre également le bien faits de travaillé les muscles de la chaîne postérieure tel que les fessiers et les ischio-jambiers.


002-1.jpg

janvier 4, 20190

Nous sommes le 2 janvier et je suis installée à l’ilot dans ma cuisine. Mes enfants écoutent des dessins animés, mon mari et mon bébé dorment encore et j’attends le bip du micro-ondes. Chocolat chaud en préparation pour commencer ma journée!

J’ai une superbe vue de ma cuisine. Je demeure au cœur d’un petit village dans les montagnes des Laurentides et, de ma fenêtre, je vois des montagnes, le soleil qui se lève tranquillement derrière l’ancien couvent, la neige encore collée aux branches depuis la tempête d’avant-hier.

Bonne année!

Le 2 janvier, c’est le lendemain du jour de l’An. Les réseaux sociaux, la radio, la télé, les journaux et notre entourage parlent du renouveau, des résolutions, des changements que l’on veut apporter sur les plans familial, personnel et professionnel.

La santé se retrouve dans presque tous les propos. Notre entourage nous souhaite de la santé pour la nouvelle année et les résolutions de plusieurs tournent autour de bien manger et bouger pour garder la forme.

Je travaille dans l’administration des cours d’entraînement physique depuis plus de 20 ans. J’ai aussi eu un « gym » pendant plusieurs années avec une équipe d’entraîneurs. Le mois de décembre, côté affaires, est consacré à la préparation de la mise en marché des abonnements, des cours et des « bébelles » à vendre pour le 1er janvier. L’industrie du conditionnement physique sait très bien qu’il y a de l’argent à faire au mois de janvier!

Je pourrais vous énumérer les nombreuses modes qui ont eu lieu depuis le 25 avril 1996, soit le jour où j’ai donné mon premier cours d’aérobie à mon compte (en fait, il a été donné dans la salle communautaire située dans le sous-sol de l’ancien couvent que j’aperçois de ma fenêtre de cuisine au moment où j’écris ces mots). Je pourrais aussi vous parler des centaines, sinon des milliers de pages d’études que j’ai lues au fil des ans, ou encore vous faire un bilan des nombreuses formations que j’ai effectuées et par la suite vous donner LA recette ultime pour garder votre santé, mais je crois que ce n’est pas là que vous trouverez la réponse.

Il n’y a pas longtemps, j’ai partagé sur les réseaux sociaux un billet de blogue de Josée Lavigueur, entraîneuse d’expérience très respectée dans le domaine. Elle parlait de la constance. Elle disait que le plus important est de trouver un programme de santé et d’y adhérer de façon constante. Les résultats, changements ou améliorations – peu importe le mot choisi – se trouvent dans la constance. J’appuie sa pensée.

Donc, en ce début d’année, je vous ne propose pas 30 jours de ceci ou 5 semaines de cela, ni de perdre 10 livres en dix jours. Je ne vous propose pas non plus de nouvelle formule de cours ou d’entraînement appuyée par les plus récentes études. Je ne vous dis pas de manger comme ceci ou cela pendant 60 jours.

Je vous confirme que l’être humain est conçu pour bouger au quotidien et que notre style de vie nord-américain est trop sédentaire pour assurer une bonne santé.

Ce que je peux faire pour vous est de vous motiver à bouger. De vous proposer des entraînements sécuritaires et motivants, adaptés au chapitre de la vie que vous entamez, afin que vous y participiez de façon constante, et ce, sans vous blesser.

Je vous propose de vous aider à garder un engagement envers votre santé. De vous faire un petit coucou quand ça fait un bout de temps qu’on s’est vu et de m’assurer qu’il n’y a pas de gêne quand vous revenez après une pause, peu importe si ça fait deux semaines ou deux ans qu’on n’a pas bougé ensemble. Je m’engage aussi à écouter vos besoins, vos objectifs et vos inquiétudes.

Je vous propose de réunir des femmes dans un même groupe ayant aussi envie d’être en santé et de tisser des liens dans leur communauté, de vous aider à trouver des amis qui ont des objectifs semblables, car s’entourer de gens qui ont les mêmes objectifs que soi est aussi important que la constance dans ses entraînements.

Finalement, si jamais la formule que je vous propose ne convient pas à votre horaire, votre budget ou vos gouts (même si j’aimerais tellement être au gout de tous… on est tous un peu comme ça, non? Mais ce n’est pas réaliste et, ici, dans notre petit coin de paradis, nous sommes choyés dans notre équipe d’entraîneurs, car il y en a pour tous les gouts), je vous encourage à trouver la personne, la formule ou la recette qui vous permettra d’être constante dans les gestes que vous posez pour améliorer et conserver votre santé.

Bonne année!

K:)